Archives du mot-clé style

peinture émotionnelle

Peinture émotionnelle pour trouver son style

Contrairement à ce qui est souvent dit, la peinture émotionnelle n’est pas forcément une peinture libérée de toute technique et de toutes règles. En tout cas , pas si on a l’ambition de faire de la peinture artistique.

Il y a la peinture émotionnelle thérapeutique . Celle-ci  ne cherche pas à faire de l’art, mais à libérer ses émotions sur une toile pour extérioriser une douleur ou un problème. En fait, celle ci peut complètement se passer de bases techniques.

  Ce qui nous intéresse ici, c’est la peinture émotionnelle artistique. C’est une forme de peinture qui est portée par  l’émotion intérieure, mais qui exige un minimum de connaissances techniques . Mieux on maîtrise les diverses techniques artistiques, moins on aura besoin de réfléchir au « comment » et plus grandes seront les chances de créer des images pleines d’émotion, mais qui seront également belles et intéressantes à voir.  Car la peinture émotionnelle est à rapprocher, dans son concept, de l’écriture automatique. Nul ne pourrait pratiquer l’écriture automatique sans maîtriser parfaitement l’alphabet, la formation des mots et leur place dans la phrase.

Le temps s’envole

Tu as commencé un tableau. Et puis le temps s’est envolé. C’est toujours comme ça quand on est absorbé dans une activité créative. As- tu peint pendant une heure, trois heures? En fait, tu ne pourrais pas le dire.  Ce phénomène intervient parce que, volontairement ou pas, tu as quitté l’espace temps. Tu as fait le vide dans ta tête. Tu as alors glissé sans t’en rendre compte dans un niveau de conscience parallèle. Ta peinture n’a plus été guidée par ton intellect, mais par ton ressenti…et le plus drôle, c’est que tu ne t’en es même pas vraiment rendu(e) compte.

  Tu es passé du diktat étouffant  de la peinture académique à la liberté totale de la peinture émotionnelle. La peinture académique t’ impose des règles bien précises, te force à réfléchir à l’association de couleurs, aux proportions justes, à la composition, à la perspective, à la règle d’or etc…La peinture émotionnelle te permet d’être toi, sans limite, sans chaînes, mais en utilisant inconsciemment tout ce que tu as appris.

 

Apprendre à peindre sans sa tête

Peut-être que toi-même n’as pas encore eu accès à cette expérience. Peut-être ne maîtrises-tu pas encore assez les règles de base de la peinture pour qu’elles soient devenues instinctives.  Pas de souci car cela s’apprend. Tout s’apprend avec un peu de volonté et beaucoup d’enthousiasme et de passion.

D’abord, bien sûr, il te faudra donc avoir des bases. Ces bases, tu les auras acquises par l’ exercice répété des techniques indispensables. Tu as fait une école, pris des cours, lu des livres. Ne cherche surtout pas à faire un chef d’oeuvre à chaque fois que tu attrapes un crayon. Entraîne toi encore et encore.

Avoir la force de jeter

Prends n’importe quel bout de papier, lorsque tu en ressens l’envie, et entraîne-toi. Peu importe le motif. On ne cherche pas à faire une oeuvre d’art, mais à  avancer dans son expérience. Chaque exercice de perspective sera meilleur que le précédent, parce que tu auras assimilé un élément supplémentaire. Chaque dessin sera mieux fait car, sans même t’ en rendre compte, tu apprendras forcément de tes erreurs. Gribouille, griffonne,  teste , expérimente. Tu vas te  rendre compte que ce qui te paraissait si complexe s’éclaire d’un seul coup, que ton trait s’affermit. Ta confiance en toi grandit à chaque étape.

Le motif est sans importance. La phrase que j’entends souvent : » j’aimerais bien dessiner, mais je ne sais pas quel sujet choisir » n’est en fait qu’une façon déguisée de procrastiner. De là où tu êtes actuellement, dessine ce que tu vois. Tu es dans ta chambre et as vue sur une commode? ou sur un lavabo? Dessine le lavabo. Il n’y a pas de mauvais motif pour apprendre. Et puis, un lavabo, ce n’est pas un objet aussi simple qu’il y paraît 😉 . Dans la cuisine,  il y a mille objets à dessiner. Tu es dans ton jardin? Entraîne-toi  à la perspective avec un coin de la maison. Ton chat dort à côté de toi? Vas-y. C’est un modèle parfait. C’est en dessinant qu’on apprend à dessiner.

Tu trouves votre dessin moche ? On s’en fiche, jette-le. Le prochain ( si tu n’attends pas 6 mois, et même là…) sera mieux, c’est certain.

Prends des notes

peinture émotionnelle
carnet de notes

Tu veux accorder les couleurs entre elles? Eh bien,  regarde dans la nature. Elle ne fait pas d’erreurs d’harmonies. Prends des notes.

Des bleuets dans un champ de blé, c’est joli.  Note le doux contraste du bleu intense et du vert jaune. Fais une petite carte au crayon de couleurs ou à l’aquarelle pour noter cette harmonie ( et si tes crayons de couleurs n’ont pas la bonne teinte, n’oublie pas que tu peux l’obtenir par superposition) Des coquelicots y poussent aussi? Note le contraste puissant du rouge vermillon et du bleu profond.

Décline les bruns, jaunes et rouilles de l’automne. Les gris font chanter les couleurs des bonnets de laine, du ciel et des plumes colorées des passereaux en hiver. Les couleurs vitaminées des fleurs de l’été associées entre elles,  à la verdure et aux couleurs du ciel enrichiront encore ta collection de cartes. La pâleur encore hésitante du printemps qui s’annonce  t’offrira aussi de nouvelles harmonies. Garde les yeux ouverts, observe, note. Quelles sont les couleurs qui s’aiment? quelles sont celles qui se battent?

La peinture émotionnelle

C’est un peu comme certaines pratiques de yoga ou de méditation. La peinture émotionnelle peut s’apparenter aussi à l‘écriture automatique, qui consiste à transcrire sur le papier tout ce qui nous passe par la tête sans aucun filtre.

Faire le vide dans sa tête. Comment passer d’un état de pleine conscience en une sorte d’état second. Comment passer de l’ acte volontaire de peindre un motif académique,  à une transcription émotionnelle intense de son soi intérieur. En un mot, comment faire de la peinture émotionnelle. C’ est ce que j’ aimerais te transmettre ici.

Je ne veux pas dire par là qu’il faille effacer le disque dur, au contraire :). Nous ne mettons pas notre cerveau en sourdine. Nos pensées restent présentes. Nos idées fourmillent. Nous avons besoin de notre vécu, de nos expériences.

Le plus grand secret des grands peintres

On ne te l’a jamais dit, n’est ce pas? Et pourtant, c’est cela, le secret des plus grands peintres.

peinture émotionnelle
Ah, mais c’était donc ca!

Les meilleurs peintres, les plus reconnus, ne sont pas ceux qui reproduisent  à la perfection ce qu’ils voient dans leurs toiles, ceux qui maîtrisent la technique sur le bout des doigts. NON!  Ce sont ceux qui se libèrent de leurs pensées limitantes en mais laissant transparaître une grande partie d’eux-même. C’est pourquoi les tableaux de van Gogh, Picasso , Cézanne, Miró etc… nous touchent tellement plus qu’une peinture parfaite et quasi photographique. La perspective est souvent plus qu’aproximative, les formes distordues, mais les tableaux vibrent et nous transmettent quelque chose qu’on ne peut pas vraiment traduire par des mots. Ils débordent d’authenticité, de puissance créatrice. Ce résultat ne peut être obtenu que dans la peinture émotionnelle.

Faire le vide dans sa tête

Faire le vide dans sa tête, c’ est en fait se mettre dans un état de semi-conscience tel que celui où on plonge lorsqu’ on est en état d’ hypnose. On est physiquement là, capable d’ agir. On voit et on vit ce qui se passe autour de nous, on peut tout entendre, mais la conscience est décalée. En réalité, on agit consciemment, mais comme guidé par une main invisible. Cette main, c’est notre subconscient.

C’ est un peu comme quand on fixe une bougie. On est dans le moment présent, mais les pensées vagabondent librement dans un monde parallèle.

C’ est une sorte d’ état méditatif, passage dans un état second. À ce moment là, c’ est magique. La main, les yeux agissent comme sous l’ emprise de directives inconscientes. La peinture prend le dessus. Ce n’ est plus toi qui peins, on ( ton toi intérieur) peint à travers toi. Il n’y a plus qu’à se laisser aller et exécuter. C’ est ton toi  subconscient qui prend les commandes. Et là, magie!

Intérêt de la peinture émotionnelle

En quoi est-ce intéressant pour nous de passer à la peinture émotionnelle ?  En fait, je crois que c’ est fondamental pour sortir d’ un académisme rigide. Nous avons appris à dessiner des formes, à associer des couleurs, à respecter des perspectives, la répartition des masses, la composition. Tout cela est important et bien engrangé quelque part dans notre cerveau. Cela va pouvoir ressurgir au moment voulu.

Beaucoup de personnes se demandent pouquoi quelqu’un comme Picasso, par exemple, qui sait si bien dessiner, se met d’un seul coup à déformer les corps et les visages. En réalité, c’est là le véritable passage à la peinture émotionnelle, la naissance du VRAI Picasso.

Certes, il se peut que la perspective change, que les couleurs ne correspondent plus à la réalité environnante. Il se peut que les formes s’ allongent (Modigliani)

peinture émotionnelle
Modigliani

se superposent (Braque),

peintur émotionnelle
Braques

se contorsionnent ( Picasso).

peinture émotionnelle
Picasso

Il est possible aussi que les couleurs vibrent autrement ( Franz Mark),

peinture motionnelle
Franz Mark

que les accords se disputent ( Edvard Munch),

peinture émotionnelle
Munch

ou que tout ne soit plus qu’ harmonie ( Cézanne).

peinture émotionnelle
Cézanne

Les perspectives vont peut- être devenir un peu irréelles, déformées ( van Gogh), exagérées

peinture émotionnelle
van Gogh

ou les contours trop marqués (Buffet)

peinture émotionnelle
Bernard Buffet

Les formes deviennent géométriques ( Delaunay)

peinture émotionnelle
S. Delauney

ou organiques ( Mirò)

peinture émotionnelle
J. Miró

Tout cela n’a aucune importance, au contraire!

Tu vas trouver ton style

En réalité, on ne sait pas soi- même à l’ avance ce qui va se passer. Ce qui est sûr, c’ est que quelque chose  va sortir de toi et que ce quelque chose va devenir récurent tableau après tableau. C’ est ce qu’ on va appeler ton style personnel. Tu ne pourras plus faire autrement.  Ce sont les caractéristiques de  ta peinture, de ta pâte qui vont transparaître. C’est ce qui va rendre ta peinture absolument unique. Ce sont ces caractéristiques bien particulières qui font que, rien qu’ en regardant un tableau, on puisse se dire  » c’ est un Picasso » ou « c’ est un van Gogh ». C’ est la peinture émotionnelle qui  permet ça, parce que c’ est une partie de toi que tu y dévoiles.

Ne pas reproduire

Un des grands secrets de la peinture émotionnelle est qu’ elle ne cherche pas à reproduire la réalité photographiquement, mais à faire vibrer le sujet quel qu’il soit. Certes, la reproduction fidèle et hyper détaillée de la nature, des paysages ou des objets qui nous entourent est formidable pour apprendre, pour comprendre, mais elle n’a pas d’âme ( je sais qu’avec cette phrase, je ne vais pas me faire que des amis).

Comment arriver à cet état ?

C’ est très difficile à transmettre parce que c’ est une expérience individuelle.  Certains y parviennent grâce à la musique, d’ autres par la respiration. Pour moi, c’ est le silence. Même s’ il y a des bruits à l’ extérieur, le silence se fait au fond de moi. Ce silence se pare des couleurs que j’ avais choisies auparavant. Puis tout se fait comme si c’ était une évidence. Le temps ne s’ écoule plus en heures ni en minutes ;  on est hors du temps.

Mets une musique que tu aimes. Prépare les couleurs de base de ce que tu as plus ou moins dans l’idée. Plonge dans ta musique et ne te force à rien. Laissez toi porter.

Tu n’y arriveras sans doute pas dès la première fois

Pour certains d’entre vous, ce sera immédiat, mais il faut reconnaître que c’est l’exception. Pour d’autres, le lâcher-prise sera plus dur. Ne te désespère pas, n’abandonne pas. Le jeu en vaut largement la chandelle. Les êtres humains sont tous différents. Teste aussi plusieurs approches ( musique, lecture inspirante, images que tu aimes, silence intérieur, film, méditation etc.) et vois ce qui te convient le mieux.

Depuis que j’ ai  glissé de plus en plus facilement dans ce monde de liberté créative, la peinture abstraite s’est imposée dans ma vie. Et c’est ainsi que sur la toile se transmettent les émotions telles un sismographe. La peinture émotionnelle peut tout à fait aussi s’appliquer à des techniques figuratives telles que les ont peintes les impressionnistes, expressionnistes, dadaistes et bien d’autres.

Attention, je ne peins pas avec la ferme intention de montrer mes émotions. Là, de nouveau, ce serait artificiel, « voulu ». La peinture émotionnelle, c’est la liberté totale. Je peins, c’est tout. Ne cherche pas à analyser tes tableaux pendant que tu les fais, le charme serait rompu ( et d’autres se feront un plaisir de les analyser pour toi plus tard 😉 ) . Donc, pas de contrainte, pas de forcing, juste un laisser faire serein.

Certains pensent arriver plus vite à cet état d’abandon en prenant des substances hallucinogènes, alcool ou autres drogues. Je le déconseille fortement. Certes, la dissociation se fait, mais elle ne sert malheureusement à rien. En plus de se ruiner la santé, le résultat final est presque toujours  lourd, brouillon et sali. Il est la plupart du temps une grande source de déception, voire de désespoir pour certains. Il est inutile de risquer sa santé pour obtenir un état qui nous est offert naturellement avec un peu de patience et d’entraînement. Un jour, ça vient d’un seul coup, tu vas voir.

À toi de tester la peinture émotionnelle

Et quand tu seras parvenus à cet état d’abandon confiant, tu me diras ce que ça a éveillé en toi 😉

à bientôt pour un prochain article

Ariane