Pinceaux

Les pinceaux et leurs diverses utilisations

pinceaux

Les pinceaux sont bien évidemment depuis toujours un des outils les plus indispensables pour faire un tableau. C’est grâce à eux que nous allons déposer la peinture sur notre toile, dessiner les contours, remplir des surfaces, faire des dégradés, des empâtements ou des glacis. Mais de quels pinceaux avons nous besoin et pourquoi faire? Suivant leur forme, la longueur ou la fermeté de leurs brosses, ils auront des fonctions complètement différentes les unes des autres. Le pinceau est le prolongement de notre main. Suivant l’usage qui lui est destiné, on ne le tient pas toujours de la même façon.

Ici, je vais me limiter aux pinceaux utilisés pour la peinture à l’huile et l’acrylique parce que c’est quand même mon rayon 😉

Pinceaux
Pinceaux divers

Le pinceau étant l’outil le plus utilisé en peinture, donc, il en existe une très grande variété sur le marché et à tous les prix. Il peut même dans certains cas devenir un véritable objet de luxe, mais pour débuter, si c’est ton cas, ce serait totalement superflu.

Cependant, contrairement à certaines idées reçues, avoir de bons pinceaux est très important. Ils vont  faciliter le travail en le rendant plus agréable. Le fait se laisser porter par son inspiration au lieu d’être obligé de recharger son pinceau en permanence, de retirer les poils qui s’échappent sur la toile, de refixer la virole ou de ne pas l’avoir bien en main contribuent aussi grandement à la bonne qualité d’une oeuvre. Avoir l’esprit libre de toute contrainte technique permet de laisser couler librement le flux de la créativité. C’est très important.

Donc, même s’il est évidemment possible de peindre avec des mauvais pinceaux achetés dans des magasins de bricolages et étant destinés à des travaux de rénovation ou de décoration, ni le plaisir, ni la liberté d’esprit, ni la fluidité du mouvement ne seront  les mêmes. L’inspiration sera souvent interrompue par d’énervants petits détails techniques et cela jouera malheureusement sur le résultat final. Un bon ouvrier doit travailler avec de bons outils, un bon peintre avec de bon pinceaux.

Les différentes sortes de pinceaux et leurs utilisations

Pour l’huile et l’acrylique

En règle générale, on utilise pour l’huile et l’acrylique des pinceaux assez rigides. Le poil doit être assez rigide pour pouvoir manipuler la couleur en pâte de façon contrôlée, mais sans être raide. Grâce à lui, on va la placer à l’endroit exact désiré. Cette relative dureté permet aussi de modeler dans l’épaisseur de la peinture et lui donner une direction. Les meilleurs exemples et les plus explicites sont les tableaux de Vincent van Gogh.

Pinceau
le modelage du pinceau suit et souligne les formes

Ces pinceaux peuvent être fabriqués soit à partir de soies de porc, soit en fibres synthétiques. Il existe de très bons pinceaux dans les deux catégories. À la fois rigides et souples, ils permettent une bonne maîtrise à l’application.

Le manche doit être assez long pour pouvoir te permettre d’avoir une distance confortable entre la main et la virole (partie métallique du pinceau), mais aussi entre la toile et toi. Ne pas avoir le nez collé sur sa toile est beaucoup mieux ;).

Cela te permettra aussi de garder une bonne souplesse du bras et du poignet indispensable dans les courbes.

pinceaux
pinceau à manche long

Les brosses plates courtes pour des bords nets

Pour faire des bords nets et droits, les pinceaux les plus appropriés sont ceux qui ont des brosses plates et courtes. Le bout est droit.

Pinceaux
Pinceaux plats et courts

Ils retiennent bien la peinture et se laissent facilement guider. Leur bords bien droits permettent de faire des lignes précises et le bout carré de commencer exactement à l’endroit prévu. Ils autorisent des touches appuyées et puissantes.

Des brosses plates longues pour les glacis

Pour les glacis (article ici) ou pour pouvoir recouvrir des surfaces assez grandes, on choisira plutôt des pinceaux plats à poils longs.

pinceaux
Des poils plus longs pour les aplats et les glacis

Ils retiennent encore plus de couleur. La longueur du poil donne une bonne souplesse, mais sans trop. Ils restent cependant tout de même assez rigides et bien contrôlables. Ils ne craignent pas les touches longues et appuyées. Les poils reviennent toujours dans leur position initiale en fin de course

Les pinceaux ronds pour les contours

Cette sorte de pinceau est destinée à faire les contours souples. Grâce à leur pointe, ils permettent aussi d’aller dans les détails, mais sans trop.

Pinceaux
Pour les contours et les détails

Ils doivent avoir une bonne épaisseur, être droits et se terminer en pointe. Il est recommandé de ne pas trop appuyer dessus sous peine de voir les poils partir en éventail et les pointes s’émousser.

Les « usés-bombés » pour des bords flous

Les pinceaux dits  » usés-bombés » sont épais à la base et se terminent en une pointe de forme ovale. Ils reproduisent la forme d’un pinceau plat qui aurait tellement été utilisé qu’il en serait usé. Ils sont destinés à faire des bords qui doivent rester un peu flous. Par leur côté ventru, ils retiennent pas mal de couleur et permettent de faire d’assez longs traits. Comme pour les pinceaux plats, ils existent à poils courts et à poils longs

Pinceaux
Plats et ovales pour des bords flous

Les pinceaux en éventails pour les textures spéciales

Ces pinceaux à la forme si particulière servent à créer des textures spéciales ( fourrure, feuillages, veines de bois,…), mais aussi et surtout à adoucir les bords ou les passages d’une couleur à l’autre. On les utilise souvent à sec ou presque. Le mouvement que l’on fait en travaillant avec est très léger comme celui d’une caresse. Il ne faut pas travailler en écrasé avec ce type de pinceaux, ils supportent très très mal. De même qu’il ne faut pas les charger beaucoup en peinture. Ce sont des ailes de papillon à manier avec la plus grande délicatesse

Pinceaux
Pour adoucir les bords

Des brosses souples et plates pour les glacis importants

Plus la peinture est liquide, plus les pinceaux devront être souples (pas mous) et les poils fins pour permettre de retenir une grande quantité de couleur. Donc, pour les glacis, ou pour les jus, même si on peut aussi utiliser les soies de porc, on va plutôt choisir des pinceaux droits, donc,  mais bien plus  souples et larges et assez longs. On pourra ainsi sans mal recouvrir bien uniformément des surfaces importantes

pinceaux
pinceaux plats souples à glacis

Meilleur sera le pinceau, plus grand sera le plaisir de peindre, certes, mais un débutant pourra se contenter au commencement de son apprentissage d’une qualité moyenne . Mais attention, je ne parle pas de mauvais pinceaux!

Pinceaux
Pinceaux

Car au début, il ne faut pas se le cacher, on fait malheureusement beaucoup d’erreurs de tenue, de pression, de nettoyage et les pinceaux s’usent vite, trop vite. Il serait alors vraiment dommage de détruire un pinceau très cher en peu de temps. Au commencement, les gestes ne sont pas encore d’une grande précision et la tenue du pinceau pas encore maîtrisée. Le pinceau risque de souffrir et de perdre toutes les qualités qui en fait un très bon pinceau pour devenir inutilisable . Il est donc plus raisonnable de ne pas taper tout de suite dans la gamme de luxe et de changer ses pinceaux plus souvent. Il existe d’excellents pinceaux pour débuter, à des prix tout à fait abordables. Ils dureront certes moins longtemps, mais permettront de les renouveler plus souvent.

Alternatives aux pinceaux

En plus des pinceaux, il est possible d’utiliser un grand nombre d’autre outils pour peindre. Il y a les couteaux pour modeler dans l’épaisseur ou mélanger les couleurs sur la palette

pinceaux
couteaux à peindre

les truelles pour étaler, gratter, rayer,

pinceaux
truelle à peindre

les éponges que l’on utilise comme des tampons ou pour la technique des pochoirs, les  bouts de tissu, les doigts ( avec des gants), les mains,

ou même le corps entier ( comme le faisait Yves Klein)

pinceaux
des corps humains comme supports de peinture

Il y a aussi tous ces objets que tu trouveras par ci par là et qui te donneront des idées pour créer des structures ou faire des effets spéciaux, mais ça, c’est un autre chapitre.

Pour ce qui est des pinceaux fins et très pointus, je ne les conseille pas. La peinture sur toile n’est plus censée représenter la nature ou les humains dans tous les détails. La photo a pris le relais au début du 20ème siècle. Trop de détails nuisent à la spontanéité et rendent  le résultat raide et coincé. Se noyer dans les détails nuit à la qualité d’un tableau au lieu de l’améliorer. C’est difficile, mais il faut savoir s’arrêter. Ne pas posséder ce genre de pinceaux est tout simplement le meilleur moyen de ne pas tomber dans ce travers si prisé des débutants, justement.

Et c’est ainsi que se termine ce petit tour d’horizon des pinceaux et de leurs utilisations. S’il t’a été d’une quelconque utilité, je t’invite à me le dire dans un petit commentaire en bas de la page.

À bientôt pour le prochain article

recherches utilisées pour trouver cet article:les pinceaux pour peindre sur toile a quoi sert leurs formes

4 réflexions au sujet de « Les pinceaux et leurs diverses utilisations »

  1. tres belle article exepter la fin sur les details??? Trop de détails nuisent à la spontanéité et rendent le résultat raide et coincé. Se noyer dans les détails nuit à la qualité d’un tableau au lieu de l’améliorer. je ne vois pas en quoi les detail peuvent nuire a la spontaneité du tableau si la composition est bonne,, croquis dabord afin dequilibrer les element et les proportion. une fois tout cela fait jwe ne vois pas pourquoi les details dune oeuvres nuirais a la qualité dun tableau

    1. Une exagération dans le détail amène souvent la peinture à vouloir reproduire la réalité de facon trop exacte. À mon avis, ce n’est pas le rôle de la peinture, la photo remplissant ce rôle à la perfection. Ceci dit, je peux comprendre qu’on soit fasciné par les détails et que les reproduire puisse être un challenge :). C’est en tout cas certainement un très bon entraînement.

Laissez moi un petit commentaire