comment peindre

Bonjour et bienvenue sur le blog « comment peindre »

Bonjour et bienvenue sur ce blog dédié  à la peinture, que tu sois peintre ou que tu aies envie de le devenir.

Ce blog, je le fais pour toi. Je l’ai appelé « comment peindre », parce que je suis tout simplement une passionnée de peinture et que j’ai envie de t’aider à commencer, à avancer ou à découvrir de nouvelles techniques que tu ne connais peut-être pas encore. Je te souhaite donc la bienvenue ici.

Moi, c’est Ariane. Si tu le veux bien, nous pouvons devenir amis et partager des techniques de peinture, des impressions, des astuces. Je peins depuis très longtemps, donc moi, j’en connais plein.

Dans ma vie, j’ai remarqué une chose: Je n’ai rien inventé.

C’est une loi universelle, mais j’ai pu la vérifier maintes fois. Lorsqu’on partage quelque chose, on reçoit plus encore en retour que ce que l’on a donné. Pour le savoir, la connaissance, c’est la même chose . Plus on le partage et plus il grandit aussi. Donc plus je partagerai mes expériences avec vous, plus je m’enrichirai aussi de vos retours et de vos idées

Mon cheminement

J’ai suivi des cours de design textile dans une école spécialisée. J’y ai appris à tisser, à faire de la création de textile, à expérimenter avec les textures et les couleurs. Tout cela était en fait assez fastidieux pour moi. Il y avait tant de règles à respecter, tant de méthodes précises et immuables pour arriver à tel ou tel résultat que je me sentais à l’étroit et comme enfermée dans un carcan.

La seule chose qui me plaisait vraiment , c’était de créer des cartons (images servant de modèles) à la peinture pour de futurs projets.

Au bout de trois ans de création textile, j’ai décidé de me libérer de tout ce côté trop technique pour moi et de toutes les contraintes imposées par la mécanisation. J’ai voulu créer sans aucune barrière. J’avais découvert que mon âme vibrait pour la peinture, pour les couleurs et les millions de possibilités que j’avais de les mettre en oeuvre. J’allais donc continuer dans cette voie.

J’ai donc décidé de devenir peintre. Je savais que je ne pourrais probablement pas en vivre, mais le désir de liberté était plus fort que tout. Mon image intérieure devait pouvoir s’exprimer sans barrières. Non que j’ai un grand message à faire passer à l’humanité: je voulais juste peindre ce que je ressentais, faire vibrer les couleurs. C’était cela qui enflammait mon désir le plus profond.

Les secrets d’ateliers

Or, on entend souvent parler de secrets d’atelier, d’astuces mystérieuses non transmises. La peur de voir ses oeuvres copiées paralyse certains artistes  au plus haut degré. Alors, du coup, bon nombre de techniques restent des secrets bien enfouis  dans les ateliers ou les écoles,ou meurent avec leur inventeur. On peut les  découvrir soi-même avec le temps, si on a de la chance. Cependant, doit sans arrêt réinventer la roue? Quel gâchis, non? Car une découverte, c’est souvent le fait du hasard. Un peu à la façon des bêtises de Cambrai. On croit avoir fait une grosse bêtise et on se retrouve avec quelque chose de formidable.

Quand un artiste a des secrets, il n’est pas encore vraiment un artiste.

On dit de tel ou tel artiste, à la façon de certains pâtissiers ou autres artisans spécialisés, qu’il ne veut pas dévoiler ses techniques qu’il appelle secret d’atelier. Pourquoi? Par crainte d’être copié? En fait, c’est parce que cette personne est peut-être un excellent ouvrier, mais ne laisse pas à l’art la place qu’elle devrait avoir dans sa vie. L’art ne s’arrête pas à la technique. L’art, c’est la passion. C’est quelque chose d’unique qu’on a au fond de soi et ça, ça ne se copie pas, c’est impossible..

Les bons outils font les bons artisans, la passion fait l’oeuvre.

Tant qu’on ne se libère pas de cette chaîne là, on ne peut pas vraiment devenir un artiste à part entière. L’art est libre, complètement libre et complètement individuel. On ne trahit pas la « profession » en divulguant des techniques inspirantes, parce qu’il n’y  aura pas deux artistes qui auront les mêmes résultats. C’est comme une écriture ou une signature.

Se créer du stress à soi-même en vivant dans la crainte d’être copié est un frein énorme à la créativité. Certains peignent dans le style hyperréaliste, impressionniste, cubiste,en abstraction lyrique,  etc…, Font ils pour autant de l’ombres aux  Audrey Flack, Monet, Nicolas de Stael ou Picasso etc? Bien sûr que non, et pourtant, ceux ci été copiés encore et encore, sans que leur nom disparaissent.  Le nom des copistes ou de ceux qu’ils ont inspirés ne remplaceront jamais les leurs. Un véritable artiste n’a pas peur d’être copié. En fait, c’est même un honneur, d’être copié! Devenir artiste commence dans la tête. Cette crainte est vaine, inutile et même dévastatrice.

Chacun a son style et son talent propre, toi aussi.

Ton style, tu ne l’as peut-être pas encore trouvé. Ce n’est pas grave, ça viendra. Tu commences par imiter, par copier les tableaux de maîtres et ceux qui te plaisent,  expérimenter avec diverses techniques et un jour, tu pars sur ton propre chemin.  Même en utilisant les « trucs » des autres, exactement les mêmes outils, tu finiras par avoir ta « marque de fabrique » et elle n’appartiendra qu’à toi, comme ton écriture. Ça sera totalement indépendant de ta volonté.

Les cours en sont la preuve

Dans la salle de cours, depuis toujours le prof impose un sujet ou une technique. Quelquefois même, il limite le nombre de couleurs à utiliser. On pourrait penser que tout le monde va faire la même chose. Pourtant, non,  il n’y a pas deux travaux pareils. C’est fou non? La même technique, le même sujet , les mêmes couleurs et 25 interprétations  différentes, toujours!

Mes techniques

Voilà pourquoi je vais te montrer tout ce que je sais. Tu utiliseras mes techniques avec ta sensibilité, ta vue des choses et tes résultats seront uniques, comme toi.

Il m’est arrivé, dans certaines de mes expositions, de voir des gens photographier tous mes tableaux ou presque. Oui, on va peut-être en copier quelques uns , et alors… je prends ça pour un compliment. On n’essaie de copier que ce que l’on admire, n’est ce pas?

Un jour, un monsieur est venu me voir. Il avait fait tout le tour de l’exposition avec son appareil photo. De toute évidence, il avait l’air d’apprécier énormément ce que je faisais et j’en étais plutôt flattée. C’est humain. Il m’a dit:

-« J’aime beaucoup ce que vous faites et ma fille aussi. Elle  va se marier et j’aurais aimé lui offrir un de vos tableaux. Malheureusement, j’ai de petits moyens et ils sont trop chers pour moi. Comme je peins un peu, je vais essayer de lui faire une reproduction de celui qu’elle choisira. »

J’ai aimé son honnêteté.

Deux ans plus tard, une jeune femme est venue me voir. Elle m’a parlé très affectueusement  de son père et de la copie d’un de mes tableaux qu’il avait faite pour elle. Elle est repartie en souriant, mais non sans m’acheter trois toiles d’un coup. L’une d’elles était pour son père.

Reproduire est un métier

Il existe d’excellents copistes, mais là, ça devient un vrai métier et ils ne copient quasiment que des gens connus. Ces tableaux, qui sont d’ailleurs déclarés  comme copies, ne comportent pas la signature de l’original. Ils peuvent être vendus légalement. Il faut être excellent pour reproduire une oeuvre si parfaitement que même l’âme du peintre transpire de la toile. Ça n’arrive quasiment jamais, et c’est d’ailleurs ce qui piège les faussaires malhonnêtes: le tableau est techniquement parfait, mais il manque un petit quelque chose, il y a comme un truc qui cloche. Oui, c’est l’âme du tableau qui manque. Du coup, il perd son attrait pour devenir juste une (belle) image. C’est très étrange.

Copier pour apprendre

En revanche, copier pour apprendre est un excellent outil pédagogique. Il permet de comprendre le processus, même si on n’atteint pas le niveau de l’original. C’est un très bon exercice qui te fera avancer lorsque tu appliqueras ce que tu as appris à tes propres travaux.

Tu pourras aussi imiter les techniques de tes amis ou même peindre et échanger avec eux. Il est très intéressant et inspirant de peindre ensemble un même sujet pour constater l’étonnante différence qu’il y aura entre les résultats. Les impressionnistes faisaient cela souvent.

Bref, tout ça pour te dire que tu n’as pas besoin de craindre quoi que ce soit si tu veux avancer dans ton art. Ne cherche pas à atteindre la perfection. En art, elle n’intéresse personne. Lance toi et tu avanceras. Un enfant qui apprend à marcher est un modèle de patience et un modèle de vie tout court. Cent fois, il pose un pied devant l’autre avant de faire ses vrais premiers pas. Cent fois, il tombe, cent fois il se relève, jusqu’à avoir enfin trouvé l’équilibre qui fera qu’il ne tombera plus. Il ne s’est jamais posé la question de savoir comment il fallait faire. Il a suivi sa voix intérieure et a recommencé toujours et toujours, jusqu’à enfin pouvoir marcher.

On ne naît pas en sachant marcher. Pour la peinture, c’est pareil

On ne sait pas marcher de façon autonome à la naissance, on a juste un réflexe de mouvement.

À la naissance, on ne sait pas peindre non plus, mais on est attiré par le beau, par les couleurs, les mouvements.

On ne naît pas artiste, mais on peut le devenir, comme on peut apprendre à marcher. Il faut en avoir l’envie passionnée et être motivé, c’est comme pour tout. Quelquefois, on ressent un désir latent, un besoin de création au fond de soi. Il faut suivre cette voie, c’est le chemin de l’art. Parfois, il faut se forcer et surtout ne jamais désespérer. Un jour, en tout cas, le déclic se fait, c’est sûr.

Tu n’es pas arrivé aussi loin dans ce texte par hasard. Le sujet t’intéresse, alors lance toi. Nourris ta passion, fais la grandir. Ce blog sera là pour te prendre par la main quand tu en auras besoin pour te faire avancer.

S’il y a des sujets qu’il t’intéresserait d’aborder, n’hésite pas à me le dire.

N’ayant moi même pas pu trouver de recettes toutes faites, je les ai réinventées. Je me suis sans cesse cognée à ces fameux « secrets d’ateliers » que certains avaient découverts par hasard et qu’ils s gardaient hélas, bêtement, jalousement pour eux. Alors j’ai cherché, expérimenté, traîné dans les musées jusqu’à l’écoeurement jusqu’à obtenir les résultats souhaités. Oui, c’est enrichissant , mais fastidieux, et j’aurais volontiers économisé mon énergie et ma patience en obtenant des réponses plus rapidement.

Je vais partager mon trésor avec toi

Au fil de mes articles, je te dévoilerai tout ce que j’ai appris et la façon de le faire. J’ouvrirai ma banque du savoir pour toi et tu vas petit à petit enfin avoir accès à tous ces secrets d’ateliers parfois si bien gardés

Si tu veux bien te donner la peine de me suivre…

À bientôt dans le blog

Ariane