Tous les articles par Ariane

A propos Ariane

Après avoir cherché et étudié longtemps les secrets le la peinture, je vous les livre dans ce blog pour vous aider à avancer dans votre art.

peinture émotionnelle

Peinture émotionnelle pour trouver son style

Contrairement à ce qui est souvent dit, la peinture émotionnelle n’est pas forcément une peinture libérée de toute technique et de toutes règles. En tout cas , pas si on a l’ambition de faire de la peinture artistique.

Il y a la peinture émotionnelle thérapeutique . Celle-ci  ne cherche pas à faire de l’art, mais à libérer ses émotions sur une toile pour extérioriser une douleur ou un problème. En fait, celle ci peut complètement se passer de bases techniques.

  Ce qui nous intéresse ici, c’est la peinture émotionnelle artistique. C’est une forme de peinture qui est portée par  l’émotion intérieure, mais qui exige un minimum de connaissances techniques . Mieux on maîtrise les diverses techniques artistiques, moins on aura besoin de réfléchir au « comment » et plus grandes seront les chances de créer des images pleines d’émotion, mais qui seront également belles et intéressantes à voir.  Car la peinture émotionnelle est à rapprocher, dans son concept, de l’écriture automatique. Nul ne pourrait pratiquer l’écriture automatique sans maîtriser parfaitement l’alphabet, la formation des mots et leur place dans la phrase.

Le temps s’envole

Tu as commencé un tableau. Et puis le temps s’est envolé. C’est toujours comme ça quand on est absorbé dans une activité créative. As- tu peint pendant une heure, trois heures? En fait, tu ne pourrais pas le dire.  Ce phénomène intervient parce que, volontairement ou pas, tu as quitté l’espace temps. Tu as fait le vide dans ta tête. Tu as alors glissé sans t’en rendre compte dans un niveau de conscience parallèle. Ta peinture n’a plus été guidée par ton intellect, mais par ton ressenti…et le plus drôle, c’est que tu ne t’en es même pas vraiment rendu(e) compte.

  Tu es passé du diktat étouffant  de la peinture académique à la liberté totale de la peinture émotionnelle. La peinture académique t’ impose des règles bien précises, te force à réfléchir à l’association de couleurs, aux proportions justes, à la composition, à la perspective, à la règle d’or etc…La peinture émotionnelle te permet d’être toi, sans limite, sans chaînes, mais en utilisant inconsciemment tout ce que tu as appris.

 

Apprendre à peindre sans sa tête

Peut-être que toi-même n’as pas encore eu accès à cette expérience. Peut-être ne maîtrises-tu pas encore assez les règles de base de la peinture pour qu’elles soient devenues instinctives.  Pas de souci car cela s’apprend. Tout s’apprend avec un peu de volonté et beaucoup d’enthousiasme et de passion.

D’abord, bien sûr, il te faudra donc avoir des bases. Ces bases, tu les auras acquises par l’ exercice répété des techniques indispensables. Tu as fait une école, pris des cours, lu des livres. Ne cherche surtout pas à faire un chef d’oeuvre à chaque fois que tu attrapes un crayon. Entraîne toi encore et encore.

Avoir la force de jeter

Prends n’importe quel bout de papier, lorsque tu en ressens l’envie, et entraîne-toi. Peu importe le motif. On ne cherche pas à faire une oeuvre d’art, mais à  avancer dans son expérience. Chaque exercice de perspective sera meilleur que le précédent, parce que tu auras assimilé un élément supplémentaire. Chaque dessin sera mieux fait car, sans même t’ en rendre compte, tu apprendras forcément de tes erreurs. Gribouille, griffonne,  teste , expérimente. Tu vas te  rendre compte que ce qui te paraissait si complexe s’éclaire d’un seul coup, que ton trait s’affermit. Ta confiance en toi grandit à chaque étape.

Le motif est sans importance. La phrase que j’entends souvent : » j’aimerais bien dessiner, mais je ne sais pas quel sujet choisir » n’est en fait qu’une façon déguisée de procrastiner. De là où tu êtes actuellement, dessine ce que tu vois. Tu es dans ta chambre et as vue sur une commode? ou sur un lavabo? Dessine le lavabo. Il n’y a pas de mauvais motif pour apprendre. Et puis, un lavabo, ce n’est pas un objet aussi simple qu’il y paraît 😉 . Dans la cuisine,  il y a mille objets à dessiner. Tu es dans ton jardin? Entraîne-toi  à la perspective avec un coin de la maison. Ton chat dort à côté de toi? Vas-y. C’est un modèle parfait. C’est en dessinant qu’on apprend à dessiner.

Tu trouves votre dessin moche ? On s’en fiche, jette-le. Le prochain ( si tu n’attends pas 6 mois, et même là…) sera mieux, c’est certain.

Prends des notes

peinture émotionnelle
carnet de notes

Tu veux accorder les couleurs entre elles? Eh bien,  regarde dans la nature. Elle ne fait pas d’erreurs d’harmonies. Prends des notes.

Des bleuets dans un champ de blé, c’est joli.  Note le doux contraste du bleu intense et du vert jaune. Fais une petite carte au crayon de couleurs ou à l’aquarelle pour noter cette harmonie ( et si tes crayons de couleurs n’ont pas la bonne teinte, n’oublie pas que tu peux l’obtenir par superposition) Des coquelicots y poussent aussi? Note le contraste puissant du rouge vermillon et du bleu profond.

Décline les bruns, jaunes et rouilles de l’automne. Les gris font chanter les couleurs des bonnets de laine, du ciel et des plumes colorées des passereaux en hiver. Les couleurs vitaminées des fleurs de l’été associées entre elles,  à la verdure et aux couleurs du ciel enrichiront encore ta collection de cartes. La pâleur encore hésitante du printemps qui s’annonce  t’offrira aussi de nouvelles harmonies. Garde les yeux ouverts, observe, note. Quelles sont les couleurs qui s’aiment? quelles sont celles qui se battent?

La peinture émotionnelle

C’est un peu comme certaines pratiques de yoga ou de méditation. La peinture émotionnelle peut s’apparenter aussi à l‘écriture automatique, qui consiste à transcrire sur le papier tout ce qui nous passe par la tête sans aucun filtre.

Faire le vide dans sa tête. Comment passer d’un état de pleine conscience en une sorte d’état second. Comment passer de l’ acte volontaire de peindre un motif académique,  à une transcription émotionnelle intense de son soi intérieur. En un mot, comment faire de la peinture émotionnelle. C’ est ce que j’ aimerais te transmettre ici.

Je ne veux pas dire par là qu’il faille effacer le disque dur, au contraire :). Nous ne mettons pas notre cerveau en sourdine. Nos pensées restent présentes. Nos idées fourmillent. Nous avons besoin de notre vécu, de nos expériences.

Le plus grand secret des grands peintres

On ne te l’a jamais dit, n’est ce pas? Et pourtant, c’est cela, le secret des plus grands peintres.

peinture émotionnelle
Ah, mais c’était donc ca!

Les meilleurs peintres, les plus reconnus, ne sont pas ceux qui reproduisent  à la perfection ce qu’ils voient dans leurs toiles, ceux qui maîtrisent la technique sur le bout des doigts. NON!  Ce sont ceux qui se libèrent de leurs pensées limitantes en mais laissant transparaître une grande partie d’eux-même. C’est pourquoi les tableaux de van Gogh, Picasso , Cézanne, Miró etc… nous touchent tellement plus qu’une peinture parfaite et quasi photographique. La perspective est souvent plus qu’aproximative, les formes distordues, mais les tableaux vibrent et nous transmettent quelque chose qu’on ne peut pas vraiment traduire par des mots. Ils débordent d’authenticité, de puissance créatrice. Ce résultat ne peut être obtenu que dans la peinture émotionnelle.

Faire le vide dans sa tête

Faire le vide dans sa tête, c’ est en fait se mettre dans un état de semi-conscience tel que celui où on plonge lorsqu’ on est en état d’ hypnose. On est physiquement là, capable d’ agir. On voit et on vit ce qui se passe autour de nous, on peut tout entendre, mais la conscience est décalée. En réalité, on agit consciemment, mais comme guidé par une main invisible. Cette main, c’est notre subconscient.

C’ est un peu comme quand on fixe une bougie. On est dans le moment présent, mais les pensées vagabondent librement dans un monde parallèle.

C’ est une sorte d’ état méditatif, passage dans un état second. À ce moment là, c’ est magique. La main, les yeux agissent comme sous l’ emprise de directives inconscientes. La peinture prend le dessus. Ce n’ est plus toi qui peins, on ( ton toi intérieur) peint à travers toi. Il n’y a plus qu’à se laisser aller et exécuter. C’ est ton toi  subconscient qui prend les commandes. Et là, magie!

Intérêt de la peinture émotionnelle

En quoi est-ce intéressant pour nous de passer à la peinture émotionnelle ?  En fait, je crois que c’ est fondamental pour sortir d’ un académisme rigide. Nous avons appris à dessiner des formes, à associer des couleurs, à respecter des perspectives, la répartition des masses, la composition. Tout cela est important et bien engrangé quelque part dans notre cerveau. Cela va pouvoir ressurgir au moment voulu.

Beaucoup de personnes se demandent pouquoi quelqu’un comme Picasso, par exemple, qui sait si bien dessiner, se met d’un seul coup à déformer les corps et les visages. En réalité, c’est là le véritable passage à la peinture émotionnelle, la naissance du VRAI Picasso.

Certes, il se peut que la perspective change, que les couleurs ne correspondent plus à la réalité environnante. Il se peut que les formes s’ allongent (Modigliani)

peinture émotionnelle
Modigliani

se superposent (Braque),

peintur émotionnelle
Braques

se contorsionnent ( Picasso).

peinture émotionnelle
Picasso

Il est possible aussi que les couleurs vibrent autrement ( Franz Mark),

peinture motionnelle
Franz Mark

que les accords se disputent ( Edvard Munch),

peinture émotionnelle
Munch

ou que tout ne soit plus qu’ harmonie ( Cézanne).

peinture émotionnelle
Cézanne

Les perspectives vont peut- être devenir un peu irréelles, déformées ( van Gogh), exagérées

peinture émotionnelle
van Gogh

ou les contours trop marqués (Buffet)

peinture émotionnelle
Bernard Buffet

Les formes deviennent géométriques ( Delaunay)

peinture émotionnelle
S. Delauney

ou organiques ( Mirò)

peinture émotionnelle
J. Miró

Tout cela n’a aucune importance, au contraire!

Tu vas trouver ton style

En réalité, on ne sait pas soi- même à l’ avance ce qui va se passer. Ce qui est sûr, c’ est que quelque chose  va sortir de toi et que ce quelque chose va devenir récurent tableau après tableau. C’ est ce qu’ on va appeler ton style personnel. Tu ne pourras plus faire autrement.  Ce sont les caractéristiques de  ta peinture, de ta pâte qui vont transparaître. C’est ce qui va rendre ta peinture absolument unique. Ce sont ces caractéristiques bien particulières qui font que, rien qu’ en regardant un tableau, on puisse se dire  » c’ est un Picasso » ou « c’ est un van Gogh ». C’ est la peinture émotionnelle qui  permet ça, parce que c’ est une partie de toi que tu y dévoiles.

Ne pas reproduire

Un des grands secrets de la peinture émotionnelle est qu’ elle ne cherche pas à reproduire la réalité photographiquement, mais à faire vibrer le sujet quel qu’il soit. Certes, la reproduction fidèle et hyper détaillée de la nature, des paysages ou des objets qui nous entourent est formidable pour apprendre, pour comprendre, mais elle n’a pas d’âme ( je sais qu’avec cette phrase, je ne vais pas me faire que des amis).

Comment arriver à cet état ?

C’ est très difficile à transmettre parce que c’ est une expérience individuelle.  Certains y parviennent grâce à la musique, d’ autres par la respiration. Pour moi, c’ est le silence. Même s’ il y a des bruits à l’ extérieur, le silence se fait au fond de moi. Ce silence se pare des couleurs que j’ avais choisies auparavant. Puis tout se fait comme si c’ était une évidence. Le temps ne s’ écoule plus en heures ni en minutes ;  on est hors du temps.

Mets une musique que tu aimes. Prépare les couleurs de base de ce que tu as plus ou moins dans l’idée. Plonge dans ta musique et ne te force à rien. Laissez toi porter.

Tu n’y arriveras sans doute pas dès la première fois

Pour certains d’entre vous, ce sera immédiat, mais il faut reconnaître que c’est l’exception. Pour d’autres, le lâcher-prise sera plus dur. Ne te désespère pas, n’abandonne pas. Le jeu en vaut largement la chandelle. Les êtres humains sont tous différents. Teste aussi plusieurs approches ( musique, lecture inspirante, images que tu aimes, silence intérieur, film, méditation etc.) et vois ce qui te convient le mieux.

Depuis que j’ ai  glissé de plus en plus facilement dans ce monde de liberté créative, la peinture abstraite s’est imposée dans ma vie. Et c’est ainsi que sur la toile se transmettent les émotions telles un sismographe. La peinture émotionnelle peut tout à fait aussi s’appliquer à des techniques figuratives telles que les ont peintes les impressionnistes, expressionnistes, dadaistes et bien d’autres.

Attention, je ne peins pas avec la ferme intention de montrer mes émotions. Là, de nouveau, ce serait artificiel, « voulu ». La peinture émotionnelle, c’est la liberté totale. Je peins, c’est tout. Ne cherche pas à analyser tes tableaux pendant que tu les fais, le charme serait rompu ( et d’autres se feront un plaisir de les analyser pour toi plus tard 😉 ) . Donc, pas de contrainte, pas de forcing, juste un laisser faire serein.

Certains pensent arriver plus vite à cet état d’abandon en prenant des substances hallucinogènes, alcool ou autres drogues. Je le déconseille fortement. Certes, la dissociation se fait, mais elle ne sert malheureusement à rien. En plus de se ruiner la santé, le résultat final est presque toujours  lourd, brouillon et sali. Il est la plupart du temps une grande source de déception, voire de désespoir pour certains. Il est inutile de risquer sa santé pour obtenir un état qui nous est offert naturellement avec un peu de patience et d’entraînement. Un jour, ça vient d’un seul coup, tu vas voir.

À toi de tester la peinture émotionnelle

Et quand tu seras parvenus à cet état d’abandon confiant, tu me diras ce que ça a éveillé en toi 😉

à bientôt pour un prochain article

Ariane

 

Couleurs primaires

les couleurs primaires pour commencer en peinture

Qu’appelle t’on couleurs primaires? Combien de couleurs faut-il pour commencer en peinture et lesquelles? Nombre d’entre vous se posent la question.

Devant la multitude des teintes proposées en tubes, comment savoir celles qu’il faut prendre en premier, histoire de se limiter un peu quand même. Surtout si on sait qu’il nous est possible de les obtenir quasiment toutes par des mélanges.

Vous vous souvenez qu’à l’école, on vous avait parlé de couleurs primaires : le rouge, le bleu et le jaune. Celles là, déjà, vous voulez les prendre et, en principe, vous avez raison. Vous choisissez donc le rouge qui vous semble le plus rouge, un bleu qui correspond à l’image qu’on se fait du bleu et un jaune ni trop clair, ni trop foncé.

couleurs primaires
couleurs primaires

Comme vous le savez peut-être, sûrement même, en théorie, il suffit de trois couleurs de base pour obtenir toutes les couleurs possibles. Ces trois couleurs ne peuvent être obtenues par le mélange d’autres couleurs entre elles. C’est donc pour ça qu’on les appelle  les trois couleurs primaires.

Si vous observez un tableau de Piet Mondrian, vous allez pouvoir reconnaître  ces fameuses trois couleurs primaires.

Mélange des couleurs
Les 3 couleurs primaires plus le blanc

Vous avez alors essayé de mettre en pratique la théorie qu’on vous a enseignée à l’école.

rouge + jaune = orange

jaune + bleu = vert

rouge + bleu = violet

Vous avez donc décidé de mélanger les couleurs entre elles pour voir ce que ça va donner. Allons y.

Les couleurs primaires

Vous avez pris vos trois couleurs de base que vous avez déposées sur une palette (ou comme moi, sur une vielle assiette en porcelaine, parce que le blanc de l’assiette permet de bien voir la couleur obtenue):

couleurs primaires
couleurs primaires

Bleu  primaire, rouge primaire et jaune primaire . Ces couleurs sont impossibles à créer par le mélange d’autres couleurs. Elles sont donc, en principe, la base de toutes les autres.

Tout d’abord, vous avez mélangé le jaune et le bleu. La magie a opéré, vous avez bien obtenu du vert. C’est un vert assez  foncé à tendance caca d’oie, pas super joli. Ce n’était peut-être pas le beau vert dont vous aviez envie, mais en tout cas, c’est un vert, donc , ça marche. Ça commence donc plutôt bien!

couleurs primaires
jaune et bleu donnent du vert

Puis vous avez mélangé le rouge et le jaune. La magie continue à opérer, vous obtenez bien un orange plutôt digne de ce nom.

couleurs primaires
rouge et jaune donnent orange

Il ne reste plus que le rouge et le bleu. Vous êtes donc sûrs que vous allez obtenir un violet. Vous mélangez alors allègrement ces deux couleurs primaires ensemble,

couleurs primaires
On mélange le rouge et le bleu et on obtient…

et …beurk…vous obtenez une couleur sombre et moche qui ressemblerait plutôt à de l’aubergine, mais un peu crâmée quand même. Certes, on dit que l’aubergine est violette, mais ce n’est pas du tout  un beau violet.

couleurs primaires
et on obtient une couleur se rapprochant plus du noir que du violet

Pourquoi?

En fait,  à l’école, on ne vous a pas tout dit, et surtout, on ne vous a pas fait prendre les bonnes couleurs pour que la théorie fonctionne. Il ne faut pas se contenter de prendre uniquement les tubes sur lesquels les couleurs sont qualifiées de primaires (surtout que ca change d’une marque à l’autre)

En réalité, les trois couleurs primaires ci dessus se comportent comme elles le doivent lorsqu’elles interagissent avec la lumière. Le bleu et le rouge mêlés dans la lumière donnent un très beau violet. Sur le papier, on ne peut pas en dire autant. Le jaune et le bleu donnent un vert lumineux et rayonnant lorsque la lumière les unit. Sur le papier il semble plutôt sale. La couleur orange par contre est tout à fait bien.

Pourquoi est-ce comme ça? Parce que la théorie des couleurs est basée au départ sur la loi des mélanges tels qu’ils apparaissent dans l’arc en ciel, c’est à dire avec l’action  de la lumière et la transparence. Or, notre papier n’est pas traversé  par la lumière et les pigments de nos peintures sont opaques, donc, ça ne marche tout simplement  pas. Ca ne veut pas dire qu’on ne pourra pas s’en servir pour des mélanges, mais elles ne suffiront pas pour faire TOUTES les autres couleurs

Alors comment faire?

Ce n’est donc pas du tout  vrai  qu’on puisse faire toutes les couleurs à partir des trois couleurs primaires?

Eh bien si, mais pas tout à fait comme vous le pensiez. Si, sur le tube, seulement  trois d’entre elles s’appellent primaires, elles ne sont pas suffisantes, voire, ce ne sont pas celles à prendre en exclusivité.

Trois couleurs primaires et du blanc pour quasiment TOUT faire

Les trois couleurs primaires en peinture opaque sont le bleu cyan, le rouge magenta et le jaune. Ce sont aussi exactement les trois couleurs qui sont utilisées en imprimerie pour obtenir toutes les autres.

couleurs primaires
couleurs primaires

Le bleu cyan est un bleu qui tire un peu vers le turquoise

le rouge magenta ( aussi appelé fuschia) est un rose soutenu tirant légèrement vers le bleu

et le jaune est un jaune qu’on pourrait qualifier de jaune soleil ou de jaune d’or

ABOOOOONNN! Mais pourquoi ne nous le dit on pas à l’école???

Je n’en sais rien.

Dans de nombreuses écoles, on continue à apprendre aux enfants à mélanger les couleurs dites primaires ( voir le triangle de couleurs ci-dessus)  parce qu’on se réfère aux rayons de lumière qui se comportent comme on nous le décrit en se mélangeant. Par contre, on ne cherche pas à faire la différence entre la toile ou le papier, et l’espace. C’est fatal parce que c’est cette expérience négative qui va frustrer bon nombre de petits artistes en herbe qui terminent leur chef d’oeuvre dans un mélange sale de trois couleurs inappropriées. Avec un petit peu de malchance supplémentaire, on leur autorise aussi le blanc et le noir. Là, la catastrophe est assurée.

Si à la place, on leur propose juste les trois autres couleurs dont je vous ai parlé plus haut(cercle), Magenta, cyan et jaune citron, on sent comme une libération. D’un seul coup, ils se sentent capables de créer des harmonies incroyables et prennent leur envol artistique.

Le secret

Voulez vous que je vous dévoile un secret ? En peinture, si on leur ajoute nos premières couleurs primaires, on peut vraiment faire un  nombre infini de couleurs et de nuances, y compris le noir. Seul le blanc, obtenu par le mélange de toutes les autres en faisceau lumineux, ne sera pas possible à faire en mélange opaque.

Donc, il ne faut pas trois couleurs, en réalité. Certes, ces couleurs  que l’on ajoute sont aussi bleu jaune et rouge, mais dans un autre spectre. Les imprimeurs l’ont bien compris car ils les utilisent  pour effectivement obtenir TOUTES les couleurs. Et c’est là le truc.

Pour obtenir toutes les couleurs, il faut deux sortes de bleu, deux sortes de rouges et deux sortes de jaunes. Le mélange de ces couleurs entre elles apportera toutes les nuances qui manquaient à nos trois couleurs de base. C’est là le secret qui va faire toute la différence.

Alors recommencons l’expérience avec nos trois nouvelles couleurs primaires.

couleurs primaires
couleurs primaires II

Je mélange le jaune et le magenta et j’obtiens…un rouge primaire!

Tiens, mais c’est marrant ca, du vrai rouge? Oui.

couleurs primaires
Magenta+jaune = rouge vermillon

Voilà donc déjà une couleur que je n’aurai pas besoin d’acheter en tube 😉

Pour obtenir la couleur orange, il ne me reste plus qu’à ajouter du jaune à ce rouge.

couleurs primaires
Orange

Je mélange le cyan et le jaune

couleurs primaires
bleu cyan + jaune = ?

et j’obtiens un vert pomme.

En ajoutant encore une pointe de bleu primaire, je peux le foncer. Avec du jaune, je l’éclaircis.

Maintenant, je mélange le magenta et le cyan

couleurs primaires
magenta+cyan = un vrai violet

et…j’obtiens un vrai violet!

Pour résumer

Pour débuter en peinture, je n’ai besoin que de CINQ COULEURS et du blanc.

Magenta

Cyan, bleu primaire

jaune primaire, jaune citron

Et avec ces couleurs primaires, vous pouvez créer une infinité d’autres couleurs.

Par exemple la couleur « chair » ici.

Nous en détaillerons d’autres dans de prochains  articles.

à bientôt donc,

Ariane

 

recherches utilisées pour trouver cet article:couleurs primaires, couleur primaire, oeuvre couleur primaire, les 3 couleurs primaires, comment peindre ciel orangé et bleu, commente savoir si une peinture sera plus foncee, tableau melange couleur primaire, pinterest melange de couleurs a partir des bases huiles, nom qu\on obtien du mot peinture, couleurs primaire en peinture
Pinceaux

Les pinceaux et leurs diverses utilisations

pinceaux

Les pinceaux sont bien évidemment depuis toujours un des outils les plus indispensables pour faire un tableau. C’est grâce à eux que nous allons déposer la peinture sur notre toile, dessiner les contours, remplir des surfaces, faire des dégradés, des empâtements ou des glacis. Mais de quels pinceaux avons nous besoin et pourquoi faire? Suivant leur forme, la longueur ou la fermeté de leurs brosses, ils auront des fonctions complètement différentes les unes des autres. Le pinceau est le prolongement de notre main. Suivant l’usage qui lui est destiné, on ne le tient pas toujours de la même façon.

Ici, je vais me limiter aux pinceaux utilisés pour la peinture à l’huile et l’acrylique parce que c’est quand même mon rayon 😉

Pinceaux
Pinceaux divers

Le pinceau étant l’outil le plus utilisé en peinture, donc, il en existe une très grande variété sur le marché et à tous les prix. Il peut même dans certains cas devenir un véritable objet de luxe, mais pour débuter, si c’est ton cas, ce serait totalement superflu.

Cependant, contrairement à certaines idées reçues, avoir de bons pinceaux est très important. Ils vont  faciliter le travail en le rendant plus agréable. Le fait se laisser porter par son inspiration au lieu d’être obligé de recharger son pinceau en permanence, de retirer les poils qui s’échappent sur la toile, de refixer la virole ou de ne pas l’avoir bien en main contribuent aussi grandement à la bonne qualité d’une oeuvre. Avoir l’esprit libre de toute contrainte technique permet de laisser couler librement le flux de la créativité. C’est très important.

Donc, même s’il est évidemment possible de peindre avec des mauvais pinceaux achetés dans des magasins de bricolages et étant destinés à des travaux de rénovation ou de décoration, ni le plaisir, ni la liberté d’esprit, ni la fluidité du mouvement ne seront  les mêmes. L’inspiration sera souvent interrompue par d’énervants petits détails techniques et cela jouera malheureusement sur le résultat final. Un bon ouvrier doit travailler avec de bons outils, un bon peintre avec de bon pinceaux.

Les différentes sortes de pinceaux et leurs utilisations

Pour l’huile et l’acrylique

En règle générale, on utilise pour l’huile et l’acrylique des pinceaux assez rigides. Le poil doit être assez rigide pour pouvoir manipuler la couleur en pâte de façon contrôlée, mais sans être raide. Grâce à lui, on va la placer à l’endroit exact désiré. Cette relative dureté permet aussi de modeler dans l’épaisseur de la peinture et lui donner une direction. Les meilleurs exemples et les plus explicites sont les tableaux de Vincent van Gogh.

Pinceau
le modelage du pinceau suit et souligne les formes

Ces pinceaux peuvent être fabriqués soit à partir de soies de porc, soit en fibres synthétiques. Il existe de très bons pinceaux dans les deux catégories. À la fois rigides et souples, ils permettent une bonne maîtrise à l’application.

Le manche doit être assez long pour pouvoir te permettre d’avoir une distance confortable entre la main et la virole (partie métallique du pinceau), mais aussi entre la toile et toi. Ne pas avoir le nez collé sur sa toile est beaucoup mieux ;).

Cela te permettra aussi de garder une bonne souplesse du bras et du poignet indispensable dans les courbes.

pinceaux
pinceau à manche long

Les brosses plates courtes pour des bords nets

Pour faire des bords nets et droits, les pinceaux les plus appropriés sont ceux qui ont des brosses plates et courtes. Le bout est droit.

Pinceaux
Pinceaux plats et courts

Ils retiennent bien la peinture et se laissent facilement guider. Leur bords bien droits permettent de faire des lignes précises et le bout carré de commencer exactement à l’endroit prévu. Ils autorisent des touches appuyées et puissantes.

Des brosses plates longues pour les glacis

Pour les glacis (article ici) ou pour pouvoir recouvrir des surfaces assez grandes, on choisira plutôt des pinceaux plats à poils longs.

pinceaux
Des poils plus longs pour les aplats et les glacis

Ils retiennent encore plus de couleur. La longueur du poil donne une bonne souplesse, mais sans trop. Ils restent cependant tout de même assez rigides et bien contrôlables. Ils ne craignent pas les touches longues et appuyées. Les poils reviennent toujours dans leur position initiale en fin de course

Les pinceaux ronds pour les contours

Cette sorte de pinceau est destinée à faire les contours souples. Grâce à leur pointe, ils permettent aussi d’aller dans les détails, mais sans trop.

Pinceaux
Pour les contours et les détails

Ils doivent avoir une bonne épaisseur, être droits et se terminer en pointe. Il est recommandé de ne pas trop appuyer dessus sous peine de voir les poils partir en éventail et les pointes s’émousser.

Les « usés-bombés » pour des bords flous

Les pinceaux dits  » usés-bombés » sont épais à la base et se terminent en une pointe de forme ovale. Ils reproduisent la forme d’un pinceau plat qui aurait tellement été utilisé qu’il en serait usé. Ils sont destinés à faire des bords qui doivent rester un peu flous. Par leur côté ventru, ils retiennent pas mal de couleur et permettent de faire d’assez longs traits. Comme pour les pinceaux plats, ils existent à poils courts et à poils longs

Pinceaux
Plats et ovales pour des bords flous

Les pinceaux en éventails pour les textures spéciales

Ces pinceaux à la forme si particulière servent à créer des textures spéciales ( fourrure, feuillages, veines de bois,…), mais aussi et surtout à adoucir les bords ou les passages d’une couleur à l’autre. On les utilise souvent à sec ou presque. Le mouvement que l’on fait en travaillant avec est très léger comme celui d’une caresse. Il ne faut pas travailler en écrasé avec ce type de pinceaux, ils supportent très très mal. De même qu’il ne faut pas les charger beaucoup en peinture. Ce sont des ailes de papillon à manier avec la plus grande délicatesse

Pinceaux
Pour adoucir les bords

Des brosses souples et plates pour les glacis importants

Plus la peinture est liquide, plus les pinceaux devront être souples (pas mous) et les poils fins pour permettre de retenir une grande quantité de couleur. Donc, pour les glacis, ou pour les jus, même si on peut aussi utiliser les soies de porc, on va plutôt choisir des pinceaux droits, donc,  mais bien plus  souples et larges et assez longs. On pourra ainsi sans mal recouvrir bien uniformément des surfaces importantes

pinceaux
pinceaux plats souples à glacis

Meilleur sera le pinceau, plus grand sera le plaisir de peindre, certes, mais un débutant pourra se contenter au commencement de son apprentissage d’une qualité moyenne . Mais attention, je ne parle pas de mauvais pinceaux!

Pinceaux
Pinceaux

Car au début, il ne faut pas se le cacher, on fait malheureusement beaucoup d’erreurs de tenue, de pression, de nettoyage et les pinceaux s’usent vite, trop vite. Il serait alors vraiment dommage de détruire un pinceau très cher en peu de temps. Au commencement, les gestes ne sont pas encore d’une grande précision et la tenue du pinceau pas encore maîtrisée. Le pinceau risque de souffrir et de perdre toutes les qualités qui en fait un très bon pinceau pour devenir inutilisable . Il est donc plus raisonnable de ne pas taper tout de suite dans la gamme de luxe et de changer ses pinceaux plus souvent. Il existe d’excellents pinceaux pour débuter, à des prix tout à fait abordables. Ils dureront certes moins longtemps, mais permettront de les renouveler plus souvent.

Alternatives aux pinceaux

En plus des pinceaux, il est possible d’utiliser un grand nombre d’autre outils pour peindre. Il y a les couteaux pour modeler dans l’épaisseur ou mélanger les couleurs sur la palette

pinceaux
couteaux à peindre

les truelles pour étaler, gratter, rayer,

pinceaux
truelle à peindre

les éponges que l’on utilise comme des tampons ou pour la technique des pochoirs, les  bouts de tissu, les doigts ( avec des gants), les mains,

ou même le corps entier ( comme le faisait Yves Klein)

pinceaux
des corps humains comme supports de peinture

Il y a aussi tous ces objets que tu trouveras par ci par là et qui te donneront des idées pour créer des structures ou faire des effets spéciaux, mais ça, c’est un autre chapitre.

Pour ce qui est des pinceaux fins et très pointus, je ne les conseille pas. La peinture sur toile n’est plus censée représenter la nature ou les humains dans tous les détails. La photo a pris le relais au début du 20ème siècle. Trop de détails nuisent à la spontanéité et rendent  le résultat raide et coincé. Se noyer dans les détails nuit à la qualité d’un tableau au lieu de l’améliorer. C’est difficile, mais il faut savoir s’arrêter. Ne pas posséder ce genre de pinceaux est tout simplement le meilleur moyen de ne pas tomber dans ce travers si prisé des débutants, justement.

Et c’est ainsi que se termine ce petit tour d’horizon des pinceaux et de leurs utilisations. S’il t’a été d’une quelconque utilité, je t’invite à me le dire dans un petit commentaire en bas de la page.

À bientôt pour le prochain article

recherches utilisées pour trouver cet article:les pinceaux pour peindre sur toile a quoi sert leurs formes
lacis

Le glacis pour sublimer un tableau

  1. glacisLe glacis

Sublimer un tableau avec un glacis de surface? Qu’est ce que cela veut dire?

Tu viens de terminer un tableau. Il est sec si tu l’as peint à l’acrylique. Si c’est de la peinture à l’huile que tu as utilisée, il faudra attendre le séchage. C’est un peu l’inconvénient de cette merveilleuse technique.

Les couleurs à l’huile sont bien plus brillantes et profondes, la texture infiniment plus riche et onctueuse que l’acrylique, mais les temps d’attente sont beaucoup plus longs.  On peut pallier cet inconvénient en peignant plusieurs tableaux l’un après l’autre ou même en parallèle.  Ainsi, on peut « sauter » de l’un à l’autre selon l’humeur du moment. Ça  a aussi l’ avantage de permettre de prendre du recul vis à vis de son travail, ce qui n’ est pas mal.

La récompense de la patience

Car, ce qui semble être un  inconvénient se transforme vite en avantage. Il est plus facile de juger de ses erreurs lorsqu’on a laissé un travail de côté un certain temps, que lorsqu’on a le nez dessus du début la fin.  Il est bon de prendre un peu de distance. Ainsi, on a le temps de laisser mûrir le tableau et on peut le regarder avec des yeux neufs lorsqu’on le reprend.

Malheureusement, de plus en plus de peintres sont rebutés par la peinture à l’huile à cause de ces temps de séchage qui sont toujours relativement longs. Pourtant, la qualité et la noblesse du travail son tellement plus grandes, je trouve.  Moi, je compare toujours la peinture à l’huile avec une bouteille de verre et l’acrylique avec une bouteille de plastique. La deuxième est infiniment plus pratique et légère, mais on aura beau en améliorer le design, elle n’aura jamais ni la beauté ni la noblesse, ni la profondeur du verre. C’est mon avis et ça n’engage que moi :).

Ton tableau te plaît, donc, et  il te semble terminé. Cependant, la satistfaction n’est pas à 100% .  On dirait qu’il manque comme un tout petit quelque chose, un petit souffle de vie. Il est encore un peu trop mat, ou les séparations entre les plages de couleurs te paraissent un peu brutales. Il est esthétique, mais il ne vibre pas. Alors, tu vas faire quelque chose de merveilleux, de magique. Tu vas  faire ce que l’on appelle un glacis de surface.

Qu’est ce qu’un glacis et à quoi est ce que cela sert?

Le glacis est relativement peu utilisé par les peintres amateurs, et c’est un petit peu le secret d’atelier qu’on ne divulgue pas trop largement ( de crainte de voir ces soi-disant amateurs devenir aussi bons que certains professionnels?). C’est peut-être aussi parce qu’il demande un peu de maîtrise dans le mélange des couleurs? Méthode beaucoup utilisée des anciens flamands, elle est un peu passée de mode, même chez les professionnels . À l’ère du « toujours plus vite » on a peu à peu laissé tomber tout ce qui nuit à la rapidité d’exécution du travail. La peinture acrylique, malgré toutes ses indéniables qualités, a contribué à accélérer le processus et faire primer la vitesse au détriment de la qualité. Mais bon, je ne veux pas jouer les rabats joie et si tu aimes l’acrylique, c’est ton droit le plus strict.

Tu connais cette situation, quand quelqu’un près de toi a le regard fixé sur quelque chose, à la fois figé dans l’instant, inexpressif et comme loin, très loin. On dirait qu’il regarde quelque chose, mais sans voir. Pour le ramener à toi, tu lui souffles un petit peu sur le visage ou tu passes doucement ta main devant ses yeux.

_ » tu rêves? »

Et là, le visage prend vit, sourit, devient expressif et coloré. Le voile qui figeait l’expression  des yeux a disparu.

Le glacis, c’est comme ce souffle léger qui fait revivre  le regard. Dès qu’il est posé, le tableau semble habité d’une nouvelle vie. Ses structures les plus légères apparaissent et sont mises en valeur. Une impression optique de profondeur s’installe. C’est une sorte de réveil de la belle au bois dormant.

Un voile coloré transparent

Un glacis de surface est une couche de peinture très légère s’accordant à la teinte générale du tableau. Il peut se composer d’une ou de plusieurs couleurs si le tableau comprend des plages colorées de tonalités complètement différentes. C’est à dire que l’on peut faire plusieurs glacis différents sur des surfaces  différentes d’ un même tableau. Cependant, en général et de façon simplifiée, c’est plutôt une seule parce que le but est d’unifier. Le glacis va sublimer la couleur  du tableau et lui donner une grande profondeur, un petit « plus » qui va réveiller toutes les couches qui le composent. Mais il va aussi apporter une unité, relier les éléments entre eux, rendre l’unité cohérente et perceptible. Il peut également se faire en plusieurs couches.

Le fond doit être sec

Avant de faire un glacis, il faut vraiment s’assurer que toutes les épaisseurs du tableau soient bien sèches. La base du glacis contenant du diluant (térébenthine), la couche du dessous pourrait se dissoudre et le résultat serait catastrophique (dans le cas de la peinture à l’huile). Si le fond est sec en surface, mais pas en profondeur, tu risques de te retrouver avec des endroits ridés, et non plus glacés. Cela peut créer un effet spécial et voulu si tu es dans le registre de l’abstrait, mais la plupart du temps, c’est vraiment plutôt moche. Le glacis est la couche finale du tableau. Il remplace parfois même le vernis.

Faire un glacis ne consiste pas en l’application d’une couche épaisse et opaque, mais en l’application d’une fine couche de pigments transparents dilués. Le médium est juste une aide pour les répartir uniformément. Cependant, le glacis donnera une légère brillance au résultat final.

Le matériel

Le pinceau doit être assez souple et d’assez bonne qualité pour ne surtout  pas perdre ses poils. Un pinceau synthétique à poils souples du style de ceux ci-dessous sera parfait. Ces brosses souples plates et carrées se vendent sous le nom de spalter dans une grande variété de marques.

Glacis
Pinceaux à glacis

Pour faire un beau glacis, il faut aussi respecter les proportions et choisir la bonne couleur. L’aspect de l’oeuvre terminé en dépend grandement. Un vilain glacis est pire que pas de glacis du tout.

Il est tout à fait possible, selon la loi du gras sur maigre, de faire un glacis à l’huile sur un tableau entièrement peint à l’acrylique. Mais Il existe aussi dans le commerce plusieurs médiums spécialement créés pour l’acrylique, tu n’auras que l’embarras du choix.

Les médiums du commerce

Le glacis est un mélange de peinture transparente (très peu) d’huile de lin et d’essence de térébenthine. Pour débuter, tant que tu n’as pas encore le feeling pour la consistance à obtenir, il vaut donc peut-être mieux utiliser un médium tout prêt appelé médium à glacis. Il en existe une grande variété, portant aussi parfois le nom anglais de glazing medium

glacis
médium à glacis

À ce médium, il suffit d’ajouter la couleur transparente choisie.

Ne pas se tromper de couleur

Il faut cependant être sûr que la couleur choisie complète bien celle du tableau pour obtenir le résultat escompté. Une couleur inappropriée peut détruire tout le charme de ton oeuvre. Pour confirmer ton choix, il serait bon de réaliser un essai en dehors de la toile si tu manques encore un peu d’expérience en ce domaine. Pour cela, sur un carton blanc ou une feuille de papier dessin, peins une surface  en acrylique de la couleur se rapprochant le plus possible de celle de ton tableau. Ensuite, recouvre-la de glacis et vois si la couleur te convient.

Cependant, il peut arriver que tu te trompes et que la couleur obtenue ne corresponde finalement absolument pas à ce qui avait été pensé au départ. Ce n’est pas un problème parce que la peinture du dessous est bien sèche. Il suffit donc d’essuyer la surface avec un chiffon sec et éventuellement, de finir de l’enlever avec un petit peu d’essence de térébenthine.

Pour savoir si une peinture est transparente, il suffit de regarder les symboles sur le tube. Ils se trouvent en général en haut du tube, juste en dessous du bouchon.

glacis
symboles de transparence

Le carré, lorsqu’il est plein, signifie que la peinture est opaque. Elle ne se prêtera pas aussi bien aux glacis. Si le carré est coupé en diagonale avec un côté plein et l’autre vide, la peinture sera semi-transparente. Dans certains cas, elle pourra être utilisée en glacis. Si le carré est vide, la peinture est donc transparente et tout à fait adaptée à l’utilisation en glacis.

Démonstration

Pour te faire une petite démonstration, j’ai peint quelques surfaces de couleurs n’ayant en fait pas grand chose à faire ensemble. L’un des jaunes est trop pâle et n’a pas la même valeur de tonalité que les autres. Le bleu est trop « bleu » par rapport aux couleurs voisines. Le rouge n’est pas assez franc.

J’ai décidé d’unifier le tout avec un ton ocre. L’ocre va approcher le bleu du vert, intensifier le jaune trop pâle et donner au rouge une teinte plus chaude.

glacis
Pour faire le glacis ocre

Pour faire mon glacis ocre, j’ai utilisé du jaune sahara, du rouge vermillon et une pointe de bleu outremer (comme tu l’as vu dans l’article sur la couleur chair (clic), le mélange de ces trois couleurs donnant du marron).

glacis
le glacis ocre
glacis
avant glacis
lacis
après glacis

Malheureusement, la photo ne donne pas une idée si claire que ça du résultat, mais ce que l’on peut tout de même voir est qu’il y a un changement de valeurs. Le jaune de droite a gagné en intensité et ne choque plus par sa pâleur. Le rose s’est transformé en rouge orangé. Le bleu ayant pris une teinte tendant vers le vert s’accorde beaucoup mieux au rouge en s’approchant de la complémentarité. Le jaune le plus foncé n’a quasiment pas changé et est maintenant en parfaite harmonie avec toutes les autres couleurs.

Le glacis étant une couche fine et parfois assez liquide, selon le médium utilisé, il convient de le faire sécher à plat, de préférence dans un endroit protégé de la poussière. Cela évitera de vilaines coulures.

Pour résumer

Par un glacis de surface, on peut donc unifier et éventuellement corriger des erreurs de valeurs ou de tonalités tout en ajoutant une belle unité et une sublimation des couleurs. C’est la touche finale du tableau, le souffle de vie.  Tente l’expérience pour en découvrir la magie.

À bientôt pour un prochain article!

Ariane

 

 

 

 

recherches utilisées pour trouver cet article:comment peindre un tableau, application edium sur tableau ancien dune cinquantaine dannées, demonstration peindre les visages colorees, glacis en peinture a l\huile, glacis final
couleur chair

Couleur chair à partir des couleurs primaires

couleur chair

La couleur chair, qu’est ce que c’est?

La couleur chair est en principe la couleur de ce qui se trouve sous l’épiderme et qui est la même pour tous les humains. Souvent, ce que nous comprenons par « couleur chair », c’est en fait la couleur de peau que l’on dit blanche. C’est une couleur que l’on aime bien utiliser dans les portraits. Elle décrit une sorte de rose, mais pas le rose bébé ou le rose des fleurs. C’est un rose un petit peu brun, mais très légèrement.

Cependant, même si on la trouve en tube, on ne pourra pas l’utiliser telle quelle uniformément. Il faudra lui ajouter des nuances pour la rendre vivante. Donc, autant la mélanger directement soi-même!

A partir de là, on va pouvoir facilement faire des nuances pour représenter absolument toutes les couleurs de peaux humaines de la terre.

Une couleur chair naît d’abord de la couleur brune des peaux indiennes ou africaines.

Par analogie, cette couleur va donc pouvoir servir pour peindre tous les types de peaux, qu’elles soient européennes, africaines ou asiatiques. Une fois la base posée, il suffit d’ajouter des nuances plus ou moins importantes pour la transformer. La fameuse couleur chair n’en est qu’une des nombreuses variantes.

Les couleurs primaires

Les couleurs de base  appelées couleurs primaires sont le rouge, le bleu et le jaune.

En mélangeant les couleurs de bases deux par deux, on obtient les couleurs complémentaires

Rouge bleu = violet

rouge jaune  = orange

bleu jaune = vert

Pour commencer, nous allons mettre nos trois couleurs de base sur la palette.

Plutôt qu’une palette en bois ou en métal, j’utilise une vieille assiette en porcelaine. Comme elle est blanche, il est plus facile de se rendre vraiment compte de la teinte obtenue au final.

Nous allons donc prendre :

du bleu outremer

du rouge vermillon

et du jaune d’or

la couleur chair
Les couleurs primaires rouge, jaune et bleu

Mélanges

Nous allons commencer par mélanger un peu de rouge et de jaune pour obtenir un orange, donc.

la couleur chair
rouge et jaune donnent orange

Ajoute plus ou moins de jaune pour que ton orange soit bien franc, mais sans tendance trop forte vers le rouge ou le jaune. En principe, c’est la même quantité de chaque couleur, mais certaines peintures peuvent être plus fortement pigmentées que d’autres.

Lorsqu’on mélange les trois couleurs primaires ensemble, on obtient une teinte grise très sombre, presque noire. Cependant, si on ajoute juste un petit peu de la troisième couleur aux deux autres, en occurrence ici le bleu, on obtient une troisième teinte que l’on peut moduler à son gré à l’infini. On va donc ajouter une petite pointe de bleu à l’orange, et c’est magique. Dans notre cas de figure, cela donne un marron.

couleur chair
Le mélange des trois couleurs donne du marron

Ce marron n’est pas encore la couleur chair, mais il peut déjà être la base d’une peau africaine. Dans les zones d’ombre, il sera parfait. Il peut bien évidemment être modulé et nuancé.

Si on lui ajoute du jaune, il peut représenter,- ce n’est qu’un exemple-, les parties du visage qui seront plus exposées à la lumière.

couleur chair
Un peu plus de jaune l’éclaire

Si en revanche, on ajoute un peu plus de rouge, le ton devient plus cuivré et pourra représenter le passage de l’ombre à la lumière dans des zones neutres.

couleur chair
Plus de rouge

En revanche, si on ajoute plus de bleu, la couleur va s’assombrir pour presque se rapprocher du noir dans les zones les moins exposées à la lumière.

couleur chair
Plus de bleu, la couleur assombrit

Voilà. Donc, nous avons obtenu la première couleur de peau en mélangeant nos trois couleurs primaires.

Du blanc en plus pour la couleur chair

C’est à partir de cette couleur de peau africaine que nous allons obtenir  la fameuse couleur chair.

La peau « blanche », qu’est ce que c’est, en fait? C’est ce qu’on décrit le plus souvent avec cette fameuse couleur chair. C’est tout simplement exactement la même couleur que celle que nous venons de faire, mais éclaircie avec du blanc. Une peau d’européen, c’est une peau « noire » avec beaucoup moins de pigments. Donc, comment faire? En peinture, on va tout simplement traduire ça en ajoutant finalement un peu de blanc, et hop, comme par enchantement,la peau sénégalaise devient une peau suédoise :).

Comme quoi, la différence n’est pas grande entre nous tous, n’est ce pas?

couleur chair
les trois couleurs primaires plus du blanc

Et là, comme par magie, le marron devient rose et on a donc obtenu notre couleur chair.

couleur chair
le marron devient rose comme par magie

Maintenant, il faut nuancer la chose. Selon la couleur de marron qui a été utilisé ( c’est à dire dominance de bleu, de rouge ou de jaune), on aura aussi des roses différents. Là, on est vraiment sur de la couleur chair, mais elle est très pâle .

couleur chair
le marron devient rose comme par magie

On va ajouter un petit peu de jaune:

couleur chair
Avec un peu plus de jaune

La couleur chair devient ainsi un peu plus hâlée

couleur chair
la couleur devient plus dorée

Si, par contre , on ajoute une pointe de bleu, la couleur chair s’assombrit un peu pour des peaux plus basanées ou des zones d’ombre.

couleur chair
Une légère touche de bleu en plus

Maintenant, il ne reste plus qu’à jongler avec la teinte de base et l’ajout de blanc, mais plus ou moins prononcé, pour obtenir les couleurs de peau de la terre entière! C’est aussi simple que cela.

Toutes les couleurs de peau

Avec la couleur de base (donc rouge, jaune, pointe de bleu) on obtient une peau basanée et cuivrée

couleur chair
peu de blanc

On ajoute juste une pointe supplémentaire de jaune pour une peau africaine

couleur chair
Un peu plus de jaune

puis du blanc et un peu de rouge pour la peau européenne

couleur chair
Un petit peu plus de rouge

encore plus de blanc pour une peau claire de jeune fille

couleur chair
Un petit peu plus de blanc

Avec encore un plus de blanc et une pointe de jaune,  pour finir, on obtient une douce peau asiatique.

plus de blanc et de jaune

Voilà, il ne te reste plus qu’à expérimenter et faire tes gammes.  Tu sais donc maintenant comment obtenir très simplement et avec les couleurs de base que tu devrais avoir de toutes façons, la couleur chair et celle des peaux de l’humanité entière.

Si cet article t’a a plu, n’hésite surtout pas à le partager 😉

Merci à tous et à bientôt pour le prochain article.

 

recherches utilisées pour trouver cet article:les couleurs primaires, couleurs a l huile pour peindre une couleur chaire, peinture reproduire la couleur de la peau, nom des couleurs de peau europeene, comment faire du bleu roi a partir des couleurs primaire, couleur pour un visage d\enfant, couleur chair en peinture, couleur de la peau blonde peinture, la peinture Quel sont les couleurs quil faudrait mélange pour obtenir le terre dombre et le terre sionne n ?, faire couleur peau avec primaire